Comment déceler une intolérance au lactose ?

Tu as remarqué qu’à chaque fois que tu consommes des produits laitiers, ton organisme ne réagit pas très bien ? Douleurs abdominales par exemple ? Ballonnements ou désordres intestinaux ? Tu suspectes une intolérance au lactose ? Oui c’est possible que ce soit cette pathologie. Qu’est-ce qu’une intolérance au lactose, et comment la déceler, c’est ce que nous allons voir ici.

Intolérance au lactose : c’est quoi

intolérance au lactose - allergie au lait

Pour déceler une intolérance au lactose, il va déjà falloir se pencher un peu sur quelques notions techniques. Le lactose, est un sucre, présent dans le lait des mammifères et qui est indispensable au développement du nourrisson. Ce sucre est dégradé par l’organisme par un enzyme que l’on nomme la lactase. La quantité de lactase présente dans notre corps diminue avec l’âge, mais pas chez tout le monde. Certains adultes continuent de produire cet enzyme et ne souffrent donc pas d’une quelconque intolérance au lactose. Par exemple, dans le nord de la France, 17% des adultes sont intolérants au lactose, alors que dans le sud, le chiffre monte à 65%.

Donc si tu as bien tout suivi, chez certaines personnes, la production de lactase baisse avec l’âge, suffisamment pour que le lactose soit moins, ou plus dégradé. Ainsi le lactose va se retrouver en surcharge dans les organes intestinaux et produire certains symptômes. Si tu as des maux d’intestin, une diarrhée, des flatulences ou d’autres problèmes gastro intestinaux à chaque fois que tu bois un verre de lait ou que tu manges d’autres produits laitiers, il est peut-être surement temps de vérifier si tu fais partie des intolérants au lactose.

Comment ça se décèle

Car oui, les symptômes cités plus haut peuvent tout à fait révéler une intolérance au lactose, mais ils peuvent aussi être relatifs à tout autre chose. Pour être sûre de sa pathologie, il faut réaliser un test. Il existe cinq tests différents afin d’acquérir la certitude que tu es intolérant au lactose.

Le premier test, le plus simple, est le test empirique, attention, il ne faut le réaliser que si tu es certain de ne pas être allergique au lait. (C’est différent, nous verrons cela plus loin). Il s’agit donc, soit de se priver totalement de lait durant une période déterminée et voir si les symptômes disparaissent, soit, de boire une grande quantité de lait, à jeun, au réveil, et de voir si les symptômes apparaissent.

Le second consiste à se rendre, toujours à jeun, chez son gastro-entérologue préféré, afin d’y faire réaliser un test permettant de mesurer la quantité d’hydrogène expiré, avant et après, l’ingestion de lactose. Pour faire simple, si le lactose est mal digéré, il va produire plus d’hydrogène. Ce gaz, va se retrouver dans le sang et être acheminé jusqu’aux poumons où il sera expiré. Donc, en mesurant ce taux d’hydrogène dans votre souffle, après avoir absorbé du lactose, le médecin sera à même de vous dire si vous êtes ou non intolérant.

Le troisième test est réservé quant à lui aux petits enfants, chez qui il serait plus compliqué de réaliser les autres tests. Il s’agit d’une analyse de l’acidité des selles. Le lactose, s’il est mal digéré, va, comme nous l’avons vu, fermenter. Durant ce processus de fermentation, il va produire de l’acide lactique. Qui lui-même, va se retrouver dans les selles. Mesurer ce taux d’acide permet donc assez facilement de déceler une intolérance au lactose.

Le quatrième test se base sur le fait que le lactose est un sucre constitué de glucose et de galactose. Ainsi, la lactase, en dégradant le lactose, doit faire augmenter la glycémie. Le test consiste donc à ingérer du lactose, puis à mesurer la glycémie du patient. Si cette dernière a augmenté, alors le lactose est correctement dégradé, dans le cas contraire, le patient est intolérant.

Le dernier test, est le test génétique. Il s’opère en te prélevant un peu de sang, ou certaines cellules de l’intérieur de la joue avec un coton-tige.

Attention à ne pas confondre

intolérance au lactose - allergie au lactose

Il est assez facile de confondre intolérance au lactose, et allergie, alors que ce n’est pas du tout la même chose ! En effet, il n’y a pas d’allergie au lactose. Quand on parle d’allergie au lait, on parle en réalité d’une allergie aux protéines contenues dans le lait.

C’est une différence énorme, car si l’intolérance au lactose va provoquer certains symptômes, certes peu glamours, cela ne risquera tout de même pas de mener à des situations graves pour la santé. Alors que dans le cas de l’allergie, c’est le contraire. Une allergie aux protéines de lait peut mener à des complications graves telles le choc anaphylactique, qui peut lui-même entrainer la mort.

C’est bien pour cette raison que si tu choisis de t’autotester en réalisant le test empirique vu en tout premier dans cet article, tu devras auparavant être certain de ne pas avoir d’allergie aux protéines de lait, puisque ce test peut consister à en ingérer volontairement une grande quantité.

Il est important, pour améliorer ton quotidien que tu réalises l’un des tests en cas de doutes. Car même si tout porte à croire que tu es intolérant au lactose, cela peut aussi très bien être tout à fait autre chose. Nos vies sont compliquées et le stress, qui peut donner les mêmes symptômes, n’épargne désormais plus personne. Concrètement, si tu souhaites te faire tester, passe en premier lieu par ton médecin traitant, qui te recommandera un allergologue. C’est ce dernier qui sera le plus à-même de déterminer quel test il semble opportun de mener, suivant ta situation et ton cas propre.

Pour conclure, nous pourrions presque dire que quelque part, il est assez normal d’être intolérant au lactose, puisque la nature est ainsi faite que l’enzyme chargé de le dégrader diminue à partir du moment où le lait n’est plus quelque chose de vital. Mais cette situation est gênante et entraine des symptômes peu ragoutants, il est donc important de se faire tester afin de savoir si c’est bien de cette pathologie dont tu souffres.